La Russie a accusé des soldats d’utiliser des téléphones portables pour lancer des missiles

  • 89 soldats russes tués dans l’attaque du Nouvel An – Ministère de la Défense
  • Pakmut sur le front oriental a été le théâtre de combats encore plus féroces
  • Kiev croit à nouveau que la Russie va entamer une grande mobilisation
  • Cette histoire comprend du matériel produit en Russie, où la loi restreint la couverture des opérations militaires russes en Ukraine

MOSCOU, 4 janvier (Reuters) – Le ministère russe de la Défense a déclaré mercredi qu’une attaque au missile ukrainien avait tué 89 soldats, portant le nombre de morts à 63.

La grève du Nouvel An, l’incident le plus meurtrier que Moscou ait reconnu depuis le début de la guerre, a provoqué la colère des commentateurs russes pro-guerre, qui se font de plus en plus entendre sur ce qu’ils considèrent comme une campagne timide et inepte en Ukraine.

Les critiques se sont concentrées sur les commandants militaires au-dessus du président russe Vladimir Poutine, qui n’a pas commenté publiquement l’attaque, portant un nouveau coup après une retraite majeure sur le champ de bataille ces derniers mois.

Quatre roquettes ukrainiennes ont touché une caserne russe de fortune dans un lycée professionnel à Makhivka, la ville jumelle de Donetsk, la capitale de la région occupée par la Russie dans l’est de l’Ukraine, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Bien qu’une enquête ait été ouverte, le ministère russe a imputé l’attaque à l’utilisation généralisée des téléphones portables par l’armée, qu’il a qualifiée d’illégale.

« Ce facteur a permis à l’adversaire de suivre et de déterminer les coordonnées de l’emplacement des soldats pour une attaque au missile », a-t-il déclaré dans un communiqué publié mercredi à 1h du matin (22h00 GMT mardi).

READ  Lamar Jackson des Ravens fait le point sur sa blessure au genou, excluant le week-end Super Wild Card contre les Bengals

La Russie a effectivement mis fin à toute opposition directe à la guerre, les critiques ouvertes étant interdites par des règles strictes en matière de médias. Mais il a laissé relativement libre cours aux blogueurs nationalistes pro-guerre, avec des centaines de milliers de followers sur les réseaux sociaux.

Semyon Bekov, un correspondant de guerre qui a reçu l’Ordre du Courage de Poutine, a déclaré dans Telegram que pointer du doigt des soldats utilisant des téléphones portables « semble être une tentative directe de condamner le crime ». Il y avait d’autres façons pour l’Ukraine de trouver le site, a-t-il dit.

Bekov a déclaré que le nombre de morts pourrait encore augmenter: « Les données rapportées concernent les personnes immédiatement identifiées. La liste des disparus est malheureusement beaucoup plus longue. »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui commente rarement les frappes militaires ukrainiennes spécifiques, n’a fait aucune mention de l’attaque dans une allocution vidéo mardi.

L’Ukraine a d’abord affirmé que des centaines de Russes avaient été tués à Makhivka. Il a ensuite refusé de commenter.

« La grande offensive russe »

Zelensky a déclaré que la Russie était sur le point de lancer une offensive majeure.

« Nous ne doutons pas que les maîtres actuels de la Russie jetteront sur eux tout ce qu’il leur reste et tenteront d’inverser le cours de la guerre et au moins de retarder leur défaite », a déclaré Zelensky dans une allocution vidéo.

« Nous devons déstabiliser cette situation russe. Nous nous y préparons. Les terroristes doivent être vaincus. Toute tentative de leur part de lancer une nouvelle attaque doit être vaincue », a-t-il poursuivi.

Alors que la Russie perdait du territoire au second semestre 2022, Poutine a ordonné le premier rappel d’occupants depuis la Seconde Guerre mondiale. Kiev dit depuis des semaines que la Russie prévoit d’ordonner une autre campagne de conscription massive et de fermer ses frontières pour empêcher les hommes d’échapper à la conscription.

READ  L'étude suggère que le noyau interne de la Terre pourrait cesser de tourner et se renverser

Dans le dernier signe que le Kremlin envisage une telle démarche, un petit groupe prétendant représenter les veuves de soldats russes a appelé Poutine à ordonner une mobilisation massive de millions d’hommes.

L’état-major général des forces armées ukrainiennes a déclaré mercredi que la Russie avait lancé sept frappes de missiles, 18 frappes aériennes et plus de 85 frappes à partir de plusieurs systèmes de roquettes au cours des dernières 24 heures contre des infrastructures civiles dans les trois villes de Kramatorsk, Zaporizhzhia et Kherson.

« Il y a eu des victimes parmi les civils », a-t-il ajouté. La Russie nie avoir pris pour cible des civils.

Reuters n’a pas pu vérifier de manière indépendante les rapports sur le champ de bataille.

Les fonctionnaires ukrainiens ont déclaré que les forces russes continuaient de se concentrer sur Baghmut, une ville de Donetsk désormais réduite en décombres après des mois de combats, tout en essayant d’améliorer leurs positions ailleurs sur la ligne de front dans la région.

Mikhail Rasvozhayev, le gouverneur russe de Sébastopol en Crimée, a déclaré mercredi sur l’application de messagerie Telegram que les systèmes de défense aérienne avaient abattu deux drones près de l’aérodrome militaire de Belbek.

Poutine prévoit de s’entretenir mercredi avec le président turc Tayyip Erdogan, a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à Interfax, le dernier d’une série de pourparlers entre les deux dirigeants depuis le début de la guerre.

La Turquie a négocié un accord avec les Nations Unies pour autoriser les exportations de céréales depuis les ports ukrainiens. Mais les perspectives de pourparlers de paix sérieux sont lointaines, Moscou exigeant que Kyiv annexe les terres capturées et l’Ukraine s’engageant à expulser les troupes russes de tout son territoire.

READ  Faits saillants des Cowboys contre les Buccaneers : Dak, Dallas Brady et Tampa dominent

Invoquant des menaces à la sécurité russe et la nécessité de protéger les russophones, Poutine a lancé une soi-disant « opération militaire spéciale » en Ukraine le 24 février. L’Ukraine et ses alliés accusent Moscou d’une prise de pouvoir de style impérialiste non provoquée.

Rapport du bureau de Reuters ; Écrit par Michael Perry et Gareth Jones; Montage par Simon Cameron-Moore et Peter Graf

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *